Aller au contenu principal

Rencontre « Je viens de loin, j’écris en français » avec Shumona Sinha

Un voyage entre l’Inde et la France, un événement en ligne Alliance française Paris Île-de-France.

En partenariat avec le réseau des Alliances françaises d’Inde, ainsi que le réseau des Instituts Français à Paris et en Inde, la première rencontre « Je viens de loin, j’écris en français » en ligne s’est tenue le samedi 30 mai avec Shumona Sinha, auteure française d’origine indienne.

Organisées depuis 2017, les rencontres « Je viens de loin, j’écris en français », animées par le journaliste et éditeur Bernard Magnier, donnent la parole à des auteurs (réalisateurs, écrivains, scénaristes de bande-dessinées...) venus d’ailleurs qui ont choisi de s’exprimer en langue française.

Lors de cette première édition en ligne, Bernard Magnier et Shumona Sinha ont évoqué son oeuvre et ses thématiques liées à la vie économique et sociale en Inde, à la condition de la femme, son rapport à l’écriture, ainsi que le travail de recherche qu’elle a mené pour son dernier livre « Le testament russe », paru en mars dernier chez Gallimard.

Cette rencontre a aussi été l’occasion pour Shumona Sinha de parler de la relation étroite qu’elle entretient avec la langue française depuis plusieurs années. Plus jeune, la langue française est pour elle une langue étrangère vis-à-vis des langues qu’elle considère comme natales : le bengali, l’hindi et l’anglais. Lorsqu’à 22 ans elle commence à l’apprendre, le français devient une langue « autre » qui cohabite avec ses langues natales. Après 20 ans de vie en France, le français devient sa langue vitale, comme elle le dévoile lors de cet entretien :

«  Je ne sais plus concevoir ma vie dans une autre langue que le français : du matin à la nuit, de la nuit au matin, dans mes rêves également, je parle, je réponds, je réagis en français, langue qui est devenue ma langue vitale. Les autres langues ne sont plus manifestes, sont comme souterraines et jaillissent de façon verticale dans des moments précis. Ma vie est conçue aujourd’hui en français. »

La conversation s’est ensuite poursuivie avec Christine Cornet, qui s’est fait le relais des riches et nombreuses questions des participants.

Cette rencontre est à revivre dans son intégralité : 

infographie

Top