Aller au contenu principal

Revivez notre rencontre littéraire « Je viens de loin, j’écris en français » avec Abdelkader Djemaï et Mohammed Aïssaou

“Une rencontre très intéressante sur le travail passionnant de l'écriture dans une langue qu'on aime, le français.”
- Iris (AF Reggio de Calabre)  présente à la rencontre

Le 8 décembre dernier, en partenariat avec le réseau des Instituts français en Algérie, et avec le soutien de  l’Institut Français à Paris et de la Fondation des Alliances françaises, s’est tenue en ligne le lancement de la quatrième saison des rencontres « Je viens de loin, j’écris en français » avec Abdelkader Djemaï et Mohammed Aïssaoui, deux auteurs d’origines algériennes.

Organisées depuis 2017, les rencontres « Je viens de loin, j’écris en français », animées par le journaliste et éditeur Bernard Magnier, donnent la parole à des auteurs (réalisateurs, écrivains, scénaristes de bande-dessinées...) venus d’ailleurs qui ont choisi de s’exprimer en langue française.

Suivis à distance par des centaines de spectateurs, Bernard Magnier et ses deux invités ont évoqué ensemble l’origine de leur passion pour la littérature, qui les a poussé depuis l’enfance, comme Mohammed Aïssaoui l’a très bien dit, à “travailler dans les livres”. C’est avec un enthousiasme certain qu’ils ont abordé leur métier-passion, ainsi que leur goût pour le travail de documentation préliminaire à l’écriture d’un roman.

“Entre 12 et 15 ans j’ai passé mon temps à faire la cueillette des mots, à me constituer un vocabulaire, et plus tard j’ai écrit des livres. [...] Le roman a la capacité de faire vivre les choses. C’est ça qui est important. La littérature c’est aussi la vie.”   - Abdelkader Djemaï

Ils sont également revenus sur leur rapport au français. “Langue d’adoption” pour Mohammed Aïssaoui qui se décrit comme un analphabète dans sa langue maternelle. “Langue originale” pour Abdelkader Djemaï, qui rappelle qu’en Algérie, l’arabe classique n’était pas enseigné aux écoliers de sa génération, dans les années 50.  

La conversation s’est ensuite poursuivie avec Anys Mezzaour, responsable Débat d’Idées à l’Institut français d’Alger, se faisant le relais des questions et témoignages du public. Cela aura été l’occasion pour  Abdelkader Djemaï et Mohammed Aïssaoui d’en dévoiler un peu plus sur leur manière d’écrire et leurs sources d’inspiration, profondément ancrées dans la réalité, qu’il s’agisse de l’histoire ou de la société contemporaine. 

“J’aime parler de cuisine littéraire. J’espère que parmi ceux qui nous écoutent beaucoup aussi aiment savoir comment on écrit, pourquoi on écrit. [...] Une chose est certaine, on ne peut pas se plonger dans une histoire, dans un récit sans passion. Je pense que c’est ce qui nous guide.”                                  - Mohammed Aïssaoui

Cette rencontre est à revivre dans son intégralité ici :

 

Vous souhaitez être informé de nos prochaines rencontres ? Inscrivez-vous à notre newsletter.

Top